Et si…la masturbation masculine

Et si…la masturbation masculine

éditer part | 3 mai 2016

Temps estimé pour la lecture de cet article 11 min

Coucou mes petits chéris et mes petites coquines, j'espère que vous allez bien en ce début de semaine 😉

 

Après quelques mois d'absence c'est le grand retour de mes "Et si..." enfin ce "Et si..." n'est pas le mien puisqu'il s'agit d'une contribution de mon petit loulou Wolvie.

J'espère que cette contribution conseil sur la masturbation masculine vous plaira et que vous serez nombreux à y réagir via les commentaires en laissant vos conseils, en disant ce que vous pensez de cet article, bref...en participant quoi 😐

Enfin je vous invite à vous inscrire à mon blog, à remplir votre profil et à nous rejoindre sur le forum, se serait cool je trouve, non ?

 

Allez, je vous laisse en compagnie de notre Wolvie, soyez gentil !!

 


 

Wolvie : la masturbation masculine, et si nous en parlions enfin !

Souvent mal vue par grand nombre de personnes, allant jusqu'à nous faire traiter de branleurs, d'obsédés ou carrément étant considérée comme un pêché par certains cultes, la masturbation fait sa révolution depuis quelques années et sort le bout de son zgeg.

Et même pour des femmes relativement ouvertes qui jouent avec la verge de leur partenaire, la masturbation chez l'homme reste à la fois un mystère, un acte souvent considéré comme malsain quand il est solitaire, voire un peu dégoûtant. Il faut dire que cette saucisse recouverte de peau n'est pas forcément des plus attrayantes. Promis, quand l'homme évoluera, on demandera de l'avoir avec des paillettes et le WiFi !

 

Kmille - Et si...la masturbation masculine

 

Pourtant il n'en est rien : se branler reste un art tout comme pour vous mesdames, et astiquer ce gourdin magique n'est pas qu'une question d'égoïsme ou d'obsession sexuelle, mais une question de dédication pour se procurer soi-même du plaisir et/ou donner du plaisir à son partenaire sans aucune pénétration.

 

Cela peut être légèrement différent selon les individus, j'aborde ici le plaisir procuré selon ce que je sais avec mon expériences, mes préférences et mes goûts.

Mais avant de plonger corps et âme dans le sujet, il faut savoir ce qu'est un zizi. Ce n'est ni un muscle, ni un os. C'est un organe spongieux qui se gorge de sang suite à une stimulation externe ( généralement visuelle ou tactile ) pour s'épanouir et durcir en bénéficiant d'une sensibilité nerveuse exceptionnelle.

 

Mesdames, n'auriez-vous pas quelque chose de ressemblant, par hasard ? 😉

 

Alors cette forme de saucisse, beaucoup de femmes trouvent qu'une bite c'est moche. Même celles qui en consomment des dizaines par mois, le font pour donner du plaisir, plus que par amour de l'esthétique. Mais réfléchissons-y quelques instants : si son utilité est de pénétrer le vagin, est-ce qu'une forme de scie circulaire aurait été agréable ? Et celle d'une brique ?

La forme et l'aspect ne vous plaisent peut être pas, mesdemoiselles et mesdames, elle reste cependant esthétiquement adéquate pour votre plaisir. Tout comme elle l'est parfaitement pour être prise à la main. Vous imagineriez une bite texturée comme une râpe à fromage ? Personne ne se toucherait, ni avec la main, ni avec le sexe et encore moins les fesses ou la bouche. Et ceux qui oseraient n'auraient que pour but d'assouvir leurs désirs masochistes au détriment de leur peau, et leur chair.

 

Pour moi, la masturbation a un but multiple : prendre du plaisir, pallier à un manque d'activité sexuelle, me détendre, et m'exciter.

 

Car contrairement à l'acte chez la femme, qui entre nous peut être déjà considérée comme étant une légère forme de pénétration, la jouissance chez l'homme passe par le liquide expulsé par l’urètre. C'est une conséquence sine qua non de la branlette et du plaisir masculin. C'est elle qui provoque l'extase ultime. C'est également pour cela que l'homme aime bien voir sa partenaire accepter son sperme dans son vagin, dans ses fesses, dans sa bouche, sur son corps ou sur son visage. Pour lui, le sperme est synonyme de jouissance. Ce qui n'est pas le cas avec l'anatomie de la femme, capable de jouir sans expulsion de liquide et expliquant les différences éventuelles de coordination sexuelle dans un couple, ou qu'une femme dit qu'un type est égoïste au lit.

L'homme pour lui ne l'est pas. Il ne comprend même pas la problématique. Il a jouit, et sa jouissance a été transmise à sa partenaire, c'est elle qui jouit par procuration, qui a été l'objet provocateur du désir et qui a reçu l'ultime don de lui-même. C'est l'ultime compliment masculin envers sa partenaire.

Donc mesdames, ne lui cassez pas sa réputation, ne le culpabilisez pas et soyez reconnaissante qu'il a du désir pour vous. Il n'y peut rien, il est programmé comme ça et vous devrez l'éduquer pour qu'il puisse s'adapter à vos besoins et vos envies !

 

Ce liquide de jouissance, une fois éjecté des bourses provoque une puissante sensation de paix, de sérénité chez l'homme. D'ailleurs, si tous les hommes éjaculaient en permanence, il n'y aurait plus de guerres. Ces messieurs sauront de quoi je parle, mais mesdames, n'ayant pas ressenti ce que vous ressentez en jouissant, je ne sais pas si c'est exactement pareil pour vous à ce moment précis. Mais croyez-moi, c'est une sensation enivrante qui peut vous mettre dans un état second de plénitude pendant quelques instants.

On dit que derrière chaque grand homme se trouve une femme… ( et le soir, souvent l'inverse ). C'est donc vous mesdames derrière ces hommes qui ne faites pas correctement votre travail !

Et par conséquence, c'est de votre faute si les conflits dans le monde persistent !

Voilà, je l'ai dit ! 😛

 

Dans mon cas, jouir est une libération de plaisir, de délassement musculaire, de détente.

"Mais où est l'excitation annoncée plus haut ?!" allez-vous me demander. J'y arrive.

L'excitation provient de ce moment avant la jouissance. L'acte en lui même où ma main se pose sur mon sexe et commence à faire ce qu'il faut d'abord pour le mettre au garde à vous ( accompagné de puissants stimulants sensoriels, comme des photos, des films, des pensées, des voix, etc ), puis à me palucher, comme disent les ni jeunes-ni vieux.

Chaque homme est différent dans la manière de faire. Certains préfèrent éjaculer beaucoup de fois, d'autres jouent  la rapidité, pendant qu'un groupe laissera la copine s'en charger, etc. Il y a autant de variantes et subtilités qu'il y a d'individus !

 

Moi, j'aime faire durer le plaisir avant de répandre ce qui ne sera finalement pas ma descendance. Et pour moi, plus cela dure, plus c'est bon ! Ma verge devient de plus en plus sensible, la peau qui glisse sur mon zizi non-circoncis titille encore plus le gland. Et le gland. Oh mon dieu ! Je suis à la base sensible à cet endroit, mais après quelques dizaines de minutes, voire quelques heures d'affilées "d'exercice", je suis extatique.

Oui, vous avez bien lu le mot heures. Il m'arrive de tenir des heures et des heures. Il m'est déjà arrivé de tenir plus d'une demi journée en faisant varier le rythme, modifiant la pression sur le sexe passant du manche au gland. Ce sont des maîtrises indispensables pour y arriver, et le stimuli doit être parfaitement adapté, tout comme la position doit être la plus confortable pour vous.

 

Mais une fois atteints, la branlette n'est plus une simple branlette. C'est se faire l'amour à soi-même. Se caresser le sexe tout en se caressant les côtes puis le corps comme vous le feriez à votre partenaire : c'est divin. Du moins pour moi.

Avec un joujou dans les fesses, l'effet est également très intéressant.

 

Mon gland est ainsi tellement stimulé que la moindre brise provoque une surexcitation extrême à la limite de la torture de ne le laisser cracher de plaisir ce foutre et laisser ce chibre se reposer. Mais ce n'est pas réellement de la torture : on appelle cela faire durer le plaisir. Et qu'est-ce qu'il est intense !

 

Le moindre faux pas de rythme peut provoquer l'éjaculation, synonyme de Game Over. Cela en devient ainsi un jeu d'endurance, de rythme, de plaisir. Car il s'agît avant tout de plaisir, de sentir monter en soi, non pas l'éjaculât, mais un déluge de sensations intenses qui parcourt tout le corps.

Et quand je suis à bout. Oh, quelle douceur, quelle extase ! Directement projeté dans de l'essuie-tout, dans une capote ou sur une photo pour un tribute. Sentir par fortes saccades ce liquide quitter mon corps, ne laissant que vide extatique derrière lui et voyant mon corps perdre de ses forces, mon esprit perdre légèrement conscience, ma frustration envolée.

 

 

Mesdames, cela ne vous rappellerait-il pas quelque chose ?

Alors caressez-le, titillez-le avec votre langue, enveloppez-le de vos lèvres, dévouez-lui de temps en temps toute votre attention comme vous souhaiteriez qu'il s'occupe de vous. Prenez toute la nuit s'il le faut jusqu'à ce qu'il vous "récompense" et sans vouloir recevoir quoi que ce soit en retour. A ce moment là, c'est lui le roi. Avec ce genre de cadeaux de temps en temps, Monsieur et son compagnon vous en remercieront pour toujours et joueront également pour vous procurer avec une abnégation sans faille, un plaisir au moins équivalent en intensité de ce que vous lui aurez offert.

 

Et monsieur : sois pas vache, prends soin à ce qu'elle prenne aussi son pied !

 


 

Voilà un point de vue typiquement masculin, j'espère que ce "Et si..." vous aura plu, en tout cas il m conforte dans mon idée de vous ouvrir mon blog et de vous permettre de laisser vos contributions car je dois bien l'avouer jamais je n'aurai pu proposer un tel article sur la masturbation masculine. Je suis donc ravie de publier notre ami Wolvie avec son humour parfois très Border Line 😉 mais c'est aussi pour ça qu'on l'aime, en tout cas que moi je l'adore.

 

N'hésitez surtout pas à partager votre avis, à laisser un commentaire, à apporter votre petite touche à ce blog, à cette article. À encourage notre petit Wolvie à nous proposer encore plein plein de contributions. D'avance, merci à vous.

 

Gros bisous et merci à vous.

Kmille