Confessions d’un mammophile – lactophile de Twitter publié le 18 septembre 2017

Hey, salut mes Brigands, j'espère que vous allez bien ?

 

Aujourd'hui, pour ce début de semaine, je vous propose les confessions d'un mammophile lactophile rencontré sur Twitter. Un fétichiste des seins qui apprécie les jeux sexuels où le plaisir vient de l'allaitement et des gros seins.

J'espère que cette contribution vous plaira et que vous ne manquerez pas d'y réagir dans les commentaires.

 

En tout cas, je tiens à remercier @Guillaume pour cette nouvelle contribution et pour cette confession.

Bonne lecture mes Brigands !

 


 

Les confessions de Guillaume un mammophile lactophile de Twitter

Bonjour à toutes,

 

J’ai écrit cet article car je souhaite non seulement apporter ma contribution sur le site de Kmille – que j’ai connu grâce à Twitter comme bon nombre d’entre vous – et parce que je ressens aussi le besoin de témoigner, confesser ou d’expliquer pourquoi un mammophile comme moi – doublé d’un lactophile – surfe régulièrement sur Twitter ?

 

Les confessions d'un mammophile - lactophile de Twitter

 

Tout a commencé en 2012, lorsque j’avais 27 ans. J’étais non seulement un passionné des gros seins et de lactation érotique, je n’avais jamais fait l’amour à une femme, ni toucher des seins, ni goûter à du lait maternel.

À force de découvrir des modèles de charmes ou de stars du porno avec les gros seins gorgés de lait, comme Milena Velba ou Marilyn Mayson, j’ai fini par me décider d’aller à leur contact en m’inscrivant sur Twitter. C’était en juin 2012.

 

Au départ, j’avais commencé à sympathiser avec certaines femmes plus ou moins connues dans le milieu. En particulier Marilyn Mayson. Mais suite à quelques soucis – ma famille chez qui j’étais encore logé risquait de tout découvrir, et ne pouvant me connecter tout le temps –, j’ai dû supprimer mon premier compte. Je me suis dit, au départ, que je m’en remettrais, que ça ne m’aurait rien apporté.

De nouveau le temps passe et au fur et à mesure que je découvrais de nouvelles personnes que je souhaitai tant contacter, je me suis de nouveau inscris sur Twitter le soir de Noël 2012. Depuis, je n’ai plus quitté Twitter ( bien que j’ai tenté de le quitter à certaines reprises ).

 

Au départ, Twitter devait me servir en quelque sorte de site de rencontres par substitution, mais en mieux, puisque je pouvais non seulement discuter avec mes PornoStars préférées, j’avais la possibilité de les rencontrer et d’espérer pouvoir leur faire l’amour, de profiter de leurs gros seins et pour certaines d’entre elles de leur lait … C’est en gros ce que je mettais imaginé.

J’avais espéré profiter des photos postées sur Twitter et discuter avec les personnes que je suivais. En discutant puis en sympathisant avec ces femmes exhibitionnistes et très sexuelles – en gros, des objets sexuels vivants qui n’existent que pour la sexualité et éventuellement pour nous faire l’amour ( ou plus vulgairement " baiser " ) –, j’avais espoir qu’un jour elles viennent visiter Paris – car je suis de la région parisienne – et qu’elles souhaitent me rencontrer et " très éventuellement " me laisser profiter de leurs corps.

 

Pour résumer, je pensais que Twitter réaliserait mes rêves : faire l’amour pour la première fois, toucher des gros seins et goûter à du lait.

 

Si Twitter m’a permis de faire de belles rencontres virtuelles à mes débuts, plus le temps passait, plus je fini par me rendre compte que je m’étais crée des illusions. J’ai fini par comprendre que jamais je ne rencontrerai quelqu’un et faire tout ce que moi j’avais espéré.

Car, même si elles sont très sexuelles, ces femmes restaient malgré tout des êtres humains. Des femmes comme tout le monde, avec leurs personnalités, envies mais aussi inquiétudes. Qui aurait envie d’aller à la rencontre d’un abonné parmi tant d’autre ? Un gars trop assoiffé de sexe comme des milliers ou millions d’autres ? Un prédateur inquiétant, de toute évidence ? Résultat, certaines personnes m’ont bloquées, d’autres qui sont venues à Paris n’ont jamais voulu me rencontrer, même pour une simple rencontre amicale sans sexe. Si mon envie était très forte, il fallait que je redescende sur terre. C’est la raison pour laquelle j’ai failli quitter Twitter : j’ai cru encore une fois qu’il ne m’apporterait rien.

 

Mais quelques semaines après, j’ai réactivé mon compte. Mes abonnées me manquaient et je ne pouvais pas me passer de leurs photos si merveilleuses. Cela explique pratiquement pourquoi depuis je n’ai plus jamais quitté Twitter.

 

Puis, au fur et à mesure que je discute avec mes abonnées, que j’apprends à les connaître, j’ai fini par me rendre compte que ce sont de véritables femmes. Des femmes qui aiment exhiber leurs seins ou leur sexualité, mais des êtres humains comme vous et moi.

Ce qui fait que de plus en plus souvent, je les traitais comme des êtres humains et non comme des objets sexuels qu’on aurait envie d’utiliser pour " se vider les couilles ".

Je me suis mis à leur parler comme si je parlais avec n’importe qui dans la rue. Parce que j’ai appris à les connaître puis à les apprécier pour ce qu’elles sont. Même si par miracle je rencontre une de mes abonnées, je suis bien trop respectueux pour leur faire quelque chose qu’elle ne voudrait pas.

Donc, je me suis fait à l’idée de ne pas les rencontrer et de me contenter de mon amitié virtuelle pour elle.

 

Donc, du gars qui espérait avidement faire des rencontres sexuelles sur Twitter, je suis devenu, par la suite, un simple amoureux des gros seins passionné de lactation. Mais quelqu’un qui apprécie, respecte ses abonnées et qui peut discuter avec elles comme n’importe quel être humain.

Et ça m’apporte davantage qu’un simple assoiffé ou fou de sexe qui, à vouloir du sexe à tout prix, peut se sentir frustré ou perdrait la raison au point de devenir trop inquiétant ( j’en ai vu des fous de sexe qui prennent tout le monde pour des prostituées au point de les insulter lorsqu’elles leur disent non ).

 

Je ne cacherai pas que très souvent, je ressens encore ces fortes envies. Très souvent, je me dis : " Je veux des gros seins ! Je veux des gros seins ! " comme un malade. Très souvent, j’espère encore pouvoir rencontrer une de mes abonnées, de lui faire l’amour, de profiter de ses gros seins et de son lait pour certaines d’entre elles. Mais contrairement aux autres malades du sexe que je croise sur Twitter et que je bloque car trop chiants ou inquiétants, moi, j’ai appris à être raisonnable et à me faire une raison. Je ne les rencontrerai jamais, elles ne voudront jamais me rencontrer. Et j’ai appris à devenir leur ami, à les apprécier comme de vraies femmes, de vraies êtres humains, et à établir avec elles une relation humaine. Et ça, ça m’apporte énormément.

Peut-être qu’un jour ça changera ( mathématiquement c’est très peu probable mais malgré tout, on n’est jamais à l’abri de certaines surprises car tout peut arriver dans la vie ). Mais même si je ne rencontrerai jamais aucune abonnée, je suis content de les connaître et d’établir des liens amicaux avec elles, virtuellement. Certaines d’entre elles sont même devenues mes amies sur Facebook, preuve de l’amitié et de la confiance qu’ont certaines à mon égard.

 

Le jour où Twitter n’existera plus, l’ensemble de mes abonnées vont beaucoup me manquer.

 

Pour l’heure, je continue d’être sur Twitter, à " Liker " et " ReTweeter " des Tweets, photos ou vidéos très sexy et hot de mes abonnées, commentant la plupart d’entre eux, faisant quelques messages directs aussi. Tantôt leur disant combien elles sont belles ou sexy ou que leurs seins sont merveilleux, etc. Ou le plus souvent, un simple coucou, passes une bonne journée, bisous … Ou parler un peu de tout.

 

C’est mon vécu, c’est mon histoire. Je suis heureux d’établir ce genre de relation avec mes abonnées et aussi longtemps que Twitter existera, je compte bien ne pas m’arrêter là.

N’est-ce pas Kmille ? 😉

 


 

Voilà mes Brigands, j'espère que cette confession vous aura plu. Une repentance d'un ancien assoiffé du cul, un homme qui pensait, avant, avec sa queue et qui … à présent respecte, au final, la femme. Peu importe qu'elle s'exhibe ou non, Guillaume comprend, à présent, qu'elle reste un être humain. Avec ses qualités et défauts. Ses envies et plaisirs. Bref, peu importe qu'elle s'exhibe, ou non. A présent c'est un de mes Brigands fétiche 😆 avec qui j'apprécie papoter …

 

Lui, au moins, a compris qu'une bite ne nous fera jamais dire : " Wahou, je la veux … et si je lui disais : Salut ! "

 

N'hésitez pas à réagir à cette contribution, à dire ce que vous en pensez. Les commentaires sont là pour vous 😉

Et encore une fois, merci à Guillaume pour cet article confession.

 

Gros bisous et merci à vous.

Kmille