Mia Michael : Comment faire gagner son équipe publié le 9 novembre 2017

Comment faire gagner son équipe par Mia Michael

 

***

Mon mari est une synthèse de l'homme macho : il aime la moto, les sports de combat, les films violents et surtout le foot ... Il considère aussi que les femmes sont là pour servir les hommes. Vous allez me dire : « Quelle idée d'épouser un homme pareil ! ». Assurément, sauf que j’en suis tombée amoureuse et que sexuellement, on s'accorde bien. Dans la vie de tous les jours, par contre, j'ai intérêt à filer droit.

Il est entraîneur d'une équipe de foot de seconde division. À mon avis c'est un peu, une équipe de « bras cassés », mais je garde ce genre d'opinion pour moi. Sinon, je risque de me retrouver d’abord troussée, puis couchée en travers de ses cuisses, tandis qu'il me « dépoussière » le derrière, comme il dit si élégamment.

Dernièrement, on était chez des amis et mon mari se plaignait du classement de son équipe, qui risquait de rétrograder en troisième division.

Une fille lui dit :

— Je connais un moyen pour les faire gagner samedi prochain.

Mon mari répond :

— J'aimerais bien le connaître ce moyen.

— Tu leur dis : « Si vous gagnez, Mia prendra sa douche avec vous ».

Eh ! Elle est gonflée, elle ! Je lui dis :

— Super idée, fais ça, toi.

— Non, c’est ton physique qui plaît aux joueurs de foot. J'ai bien vu comment ils te matent tes fesses.

 

Je ne sais pas si je dois le prendre pour un compliment ou une vacherie ... Un peu des deux, sans doute. Au lieu de l'envoyer se faire voir, mon mari réfléchit ! Puis il se tourne vers moi en disant :

— Je crois que ça peut marcher ... on vas faire ça.

— Tu serais d'accord que je me douche avec eux ?

— Si c'est pour rester en seconde division, oui.

 

Lui qui est si jaloux, c'est très surprenant. Sans doute que le foot passe avant la vertu de sa femme. Enfin, vertu n'est peut-être pas le mot qui convient.

De toute façon, il ne me laisse pas le choix :

— Tu viens au prochain entraînement et on le leur annonce.

 

*

 

Trois jours plus tard, je l'accompagne. À la fin de l'entraînement, on va dans le vestiaire. Les gars ne se gênent pas pour circuler à poil devant moi, ce qui a le don d'énerver mon mari. D'habitude, il dit un truc du genre :

— Eh ! Y a une dame.

Ce qui lui vaut chaque fois une réponse du genre :

— Oui, mais elle est dans un vestiaire de mecs.

Ce qui est la pure vérité. Cette fois-ci, mon homme ne dit rien. Quand tout le monde a pris sa douche, il leur annonce :

— Mia a quelque chose à vous dire.

Eh ! C'est à moi de le dire ? C'est pas mon idée. Qu'il assume !

— MIA !

— Oui, oui ... Alors voilà les gars, si vous gagnez samedi prochain, je me douche avec vous.

Il y a un silence, puis un des joueurs demande :

— À poil ?

— Oui ... bien sûr.

Ils me font tous un grand sourire. Mon mari leur dit :

— Comme nous allons certainement gagner, Mia vous lavera le dos samedi prochain.

 

Ah bon, je dois leur laver le dos, en plus ? Pas la bite ? Quand je pense que dernièrement, il m'a fait une scène parce que j'avais dansé un peu serré avec un de ses copains ...

 

*

 

Samedi, notre équipe rencontre des adversaires beaucoup mieux classés. Je suis là, bien sûr. Est-ce qu'on va gagner ? Est-ce que me voir à poil peut être un stimulant suffisant ? Et qu'est-ce que je souhaite, moi ? Ben ... c'est notre équipe, ils doivent remporter la victoire pour ... euh ... la ville, la région, la France ! Je dois me sacrifier pour mon pays !

Et, oui, mes fesses les a rendu invincibles ! On gagne par 5-1 !  C'est un résultat incroyable. Mon mari me dit :

— C'est grâce à ton cul.

 

Ça fait un peu mac, mais c'est gentil.

On va dans les vestiaires. Mon mari, tel Monsieur Seguin, amène sa chèvre aux loups ... La chèvre, c'est moi, vous l'avez compris.

Il commence par les féliciter :

— Bravo les mecs, vous avez été extraordinaires et ...

 

Un joueur le coupe :

— La douche avec Mia, c’est maintenant ?

— Oui, oui, on se douche avec vous.

Là, ils ne sont pas d'accord. Un autre joueur lui dit :

— On a dit Mia, si tu es là, ça va être gênant.

 

Ils approuvent tous. Mon mari est tellement heureux que son équipe ait échappé à la descente en troisième division, qu'il leur dit :

— D'accord, Mia seule. Mais vous ne me la baisez pas, hein les gars ?

— Mais non, on la touchera avec les yeux, c'est tout.

 

Mon mari me regarde, je me déshabille les yeux baissés, genre « Je fais ça pour l'amour du foot ». Il n'y a plus un bruit dans le vestiaire. Quand je suis aussi nue qu'Eve devant le serpent, je leur dis :

— Vous venez les gars ?

 

Mia Michael - Comment faire gagner son équipe ...

 

Je me dirige vers les douches, suivie par huit mecs. Il y en a trois qui ne viennent pas. Huit sur onze, c'est quand même pas mal. On se retrouve dans les douches. Je suis entourée de huit bites. Certaines se contentent de dodeliner, d'autres visent déjà clairement la lune. La mienne ! Un des gars me lance :

— Montre-nous comment tu te laves.

Ok. J'entends mon mari gueuler depuis le couloir:

— Ça va, Mia ?

— Super bien, mon chéri, ils sont très corrects.

 

Façon de parler, parce que deux ou trois joueurs ont déjà leur bite en main.

Je commence à me doucher, en me tournant bien pour qu'ils puissent me voir sous tous les angles. Je mets du savon sur mes mains pour me laver les bras et les aisselles. Ensuite, je savonne longuement mes seins. Les seins, ça se salit beaucoup ... Maintenant, ils jouent tous avec leurs bites.

Je me retourne pour me laver les fesses, aussi soigneusement que la poitrine. Après ça, je me lave la chatte. Une chose en entraînant une autre, je finis par me caresser avec de la salive, vu que l'eau, ça ne lubrifie pas bien. Je me concentre sur mon clito en gémissant, tandis que les joueurs se branlent avec ardeur.

Mon mari gueule :

— Bientôt fini Mia ?

D'une voix un peu enrouée, je réponds :

— Dans quelques minutes, chéri.

Et c'est vrai ... Très bas, je gémis :

— Ooouiiiii ... je jouis ...

 

Les gars, aussi, quelques flaques tièdes atterrissent sur mes pieds. Quelle belle synchronisation !

J'ouvre la douche pour me laver les pieds. Un des attaquants ( J'aime les attaquants ) me prend dans ses bras. Son corps musclé se plaque contre le mien. Il m'embrasse, puis me dit :

— Merci, Mia, pour le show et pour tes fesses.

— Avec plaisir.

Dès qu'il me lâche, plusieurs autres joueurs viennent m'embrasser. Ça devient très, très excitant !

Un des joueurs dit :

— On doit y aller, sinon le cocu va s'énerver.

 

On se met tous à rire bêtement. A ce moment-là, la porte s'ouvre et mon mari entre et demande :

— Pourquoi vous riez ?

Un joueur répond :

— Une connerie. Je viens de glisser dans ... du savon.

Mon mari n'a pas l'air de le croire. Il leur dit  :

— J'espère que vous avez été aussi corrects que promis, les gars.

Je le rassure :

— De vrais gentlemen ( Surtout, ne pas rire ! )

 

À suivre ...

 

***

 

Mon coin Autrice sur Amazon.