Les sites de rencontres et libertins publié le 8 septembre 2017

Hey, salut mes Brigands, comment ça va ?
C'est bientôt le week-end, donc je suis sûre que vous pétez la forme, non ? Je me trompe ?

 

Bon, aujourd'hui, je vous propose l'article de @Guillaume, un fidèle lecteur. Il va, ici, relater ses expériences avec les sites de rencontres et autre sites libertins. Expériences et ressentis, arnaques en tout genre … je pense que cet article pourra vous servir ou du moins vous intéresser.
Cet article fait suite à mon récent sondage sur Twitter que voici :

 

 

Allez, je vous laisse avec Guillaume, et j'espère que cet article vous plaira. Surtout n'hésitez pas à nous le dire en laissant un petit commentaire 😉

 


 

Guillaume raconte ses expériences sur les sites de rencontres et libertins

Bonjour à tous et à toutes,

 

J’écris ce témoignage suite à un sondage lancé par notre merveilleuse Kmille - que je remercie d’avoir accepté, avec plaisir, de partager ce témoignage avec vous. Elle demandait qui était inscrit sur un site libertin. Je lui ai répondu que je ne suis pas inscrit et que j’en garde quelques mauvaises expériences.

Encouragé par Kmille, je me décide donc de vous livrer mon expérience vis-à-vis des sites de rencontres et autres sites libertins.

 

Les sites de rencontres et libertins

 

C’était en 2011. J'avais 25 ans. Et je n’avais encore jamais fait l’amour de toute ma vie.

Au départ, cela ne m’intéressait pas du tout. Pire, je trouvais l’idée répugnante. Puis, tardivement, j’ai commencé à ressentir de l’envie. Alors, de temps en temps, je regardais sur quelques sites ( pas libertins ). Je ne restais pas longtemps puisque c’était sur l’ordinateur de mes parents ( j’étais logé chez eux et eux seuls avaient Internet ).

Ce n’est qu’après qu’une amie d’une de mes sœurs ait installé le Wifi sur mon ordinateur en juin 2011 que je me suis senti pousser des ailes.

Profitant et abusant de ce privilège de pouvoir utiliser Internet sur mon propre ordinateur, je poussais mes recherches plus loin. C’est là que j’ai commencé à jeter un coup d’œil sur les sites de rencontres, libertins ou non.

Je regardais les différents profils. Je regardai surtout celles qui avaient entre 18 et 45 ans, bien faite physiquement, des gros seins - je suis mammophile et lactophile -, si elles sont de la région parisienne, si je peux les contacter, etc ...

 

Mais j’étais très méfiant. Il pouvait se passer n’importe quoi : arnaques ( risque qu’on te demande de l’argent et que tu sois dans l’impossibilité de t’en défaire ), mauvaises rencontres ( risque de vols, de kidnappings, de viols ou de meurtres ) et j’en passe ...

Donc, le plus souvent, je ne m’inscrivais jamais sur les sites et n’allais pas plus loin que regarder les différents profils. Ce n’est que sous la pulsion, quand un profil me fait beaucoup trop envie que je baisse ma garde et balance un commentaire et mon email pour me contacter, ou, avec un peu de chance, je contacte la personne en lui écrivant sur sa messagerie.

Je pense que balancer mon adresse mail était ma première erreur : mon adresse mail était visible publiquement.

N’importe qui pouvait m’écrire ou tous ceux que je connais pouvoir voir mon adresse ( j’ai même eu la surprise de repérer l’adresse email d’un de mes amis qui s’était lancé dans le même genre d’aventure que moi ).

Résultat : je recevais sans cesse des mails où on m’a inscrit sur des tas de sites de sexe. Il fallait sans cesse que je me désinscrive. C’était très désagréable. Mais ça, ce n’était rien comparé aux autres désagréments ...

 

Mon premier gros désagrément, c’est quand finalement j’ai voulu m’inscrire sur un site dont j’ai oublié le nom. Une sorte de Facebook du sexe dont certaines vidéos lactophiles m’avaient attirées.

Mais immédiatement déçu, j’ai voulu me désinscrire. Seulement, aucun moyen de se désinscrire tout comme sur Facebook ou Twitter. Et j’avais peur qu’au bout d’un mois on me demande de payer un abonnement, ce dont je ne pouvais pas puisque j’étais encore étudiant, sans argent.Si c’était sur le compte de mes parents, ça allait me retomber dessus.

J’étais terrorisé, stressé en permanence. Je mangeais très peu et avais du mal à dormir. Je me sentais malade en permanence, au point que je pensais que mon cœur allait lâcher. Je ne pensais qu’à ça. Le mois arrive. N’en pouvant plus, j’ai écris directement un mail en anglais en demandant de me désinscrire. Le lendemain, je reçois un mail m’annonçant que mon compte a bel et bien été supprimé. Ouf ! Après un mois de stress particulièrement horrible, j’étais enfin soulagé. Je pouvais manger et dormir comme avant.

 

Mais ce n’était pas fini. Voici mon pire désagrément ou j’ai cru que c’était la fin pour moi ...

 

Comme je l’ai expliqué toute à l’heure, je passais mon temps à regarder à droite et à gauche sur différents sites. Et parfois, j’écrivais un mail aux différents profils qui m’intéressaient.

Un jour, quelques semaines après ma mésaventure avec le Facebook du sexe, j’ai vu le profil d’une jeune femme noire. Je lui ai écris un mail. Quelques temps plus tard, elle m’écrit en retour.

C’était la première et unique personne à me répondre. Elle m’annonçait qu’elle était intéressée à l’idée de me rencontrer et voulait savoir comment ont pouvaient se voir. Au départ j’étais fou de joie : enfin une rencontre ! Mais, rapidement, j’ai été pris d’un mauvais pressentiment. J’avais le sentiment que j’allais tomber dans un traquenard. Faisant confiance à mon mauvais pressentiment, j’ai écris à cette fille que j’ai changé d’avis et que je m’en excusais. Point barre !... du moins, c’est ce que je croyais.

 

Le lendemain, je recevais un mail du Tribunal de Bamako !!! Plus précisément, deux. On me reprochait d’être impliqué dans un réseau de pédopornographie et que j’avais été repéré en ayant été en contact avec cette jeune femme noire qui aurait été mineure. En gros, j’étais cuit, on allait lancer un mandat d’arrêt contre moi et les preuves allaient être envoyés à Interpol pour que je puisse être arrêté. Mais on me laissait une chance de m’en sortir en faisant amende honorable en les contactant pour qu’ont puissent s’arranger. Mais comme je n’avais pas répondu à leur premier mail, ils me laissent une seule et dernière chance. Si je ne les contactais pas d’ici le lendemain, le dossier serait envoyé à Interpol ainsi qu’une demande pour lancer contre moi un mandat d’arrêt.

 

Imaginer ma réaction. J’étais mortifié. J’étais dans la pire merde qui puisse m’arriver. Et je ne pouvais pas m’en sortir. Complètement paniqué, je tournais dans tous le sens en hurlant : " Je suis un nouveau Strauss-Kahn ! Je suis un nouveau Strauss-Kahn ! ", ( on était en plein dans l’affaire Stauss-Kahn à l’époque ). Cette fois, c’était la fin.

 

Tout à coup, au bout de quelques minutes ( je crois que le stress m’a permis de bien réfléchir et de voir les choses plus claires ), je me suis dis : " Et si c’était une arnaque ? Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond ".

Effectivement, quelque chose ne tournait pas rond : les deux mails n’étaient pas envoyés dans le bon ordre. Le premier disait que je n’avais pas répondu à leur mail, que j’allais être donc être inculpé. Ce soi-disant mail où je devais répondre a été envoyé 30 minutes après ! De la part d’un tribunal, c’était étrange. Et j’ai remarqué qu’à la place du logo de ce tribunal, il y avait l’URL d’une image copiée sur Google image.

Là, il y avait anguille sous roche ! Ça sentait vraiment l’arnaque à plein nez. Alors, j’ai fait des recherches sur Internet : c’était bien une arnaque. Une arnaque utilisée en Afrique de l’Ouest, surtout en Côte d’Ivoire. J’avais même le procédé en détail, et je voyais que mon calvaire ne risquait pas d’être terminé. J’ai donc appris à bloquer les mails sur ma messagerie. Après une journée d’angoisse, la pression est retombée après avoir constatée l’efficacité de ce blocage.

 

À la suite de cette expérience, plus jamais je n’ai recommencé à contacter quelqu’un.

 

Suite à cette aventure, j’ai passé mon temps à regarder les profils, juste pour le plaisir, avec pourtant le regret de ne jamais rencontrer une femme avec des gros seins et de faire l’amour pour la première fois ( rassurez-vous, j’ai fini par avoir cette joie sans passer par Internet ). Au fil du temps, je surfais de moins en moins sur ces sites. Et les révélations dévoilant que les soient-disant femmes sont majoritairement des robots ou des hommes cherchant à se faire du fric, ou de vraies femmes cherchant à être payées n’ont rien arrangé.

Aujourd’hui, je n’y vais pratiquement plus jamais. Même quand certaines personnes que j’ai connues prétendent avoir fait de vraies rencontres, je n’ai plus aucune confiance.

 

Voilà mon histoire. Elle est différente de la vôtre. Mais c’est mon vécu.

 


 

Voilà mes Brigands, j'espère cette expérience vous aura plu. Surtout n'hésitez pas à laisser un commentaire, à donner votre avis ou, pourquoi pas, à partager à votre tour votre expérience.

 

Encore merci à Guillaume pour avoir partagé avec nous cette ou plutôt ces expériences.

 

Gros bisous et merci à vous.

Kmille