Interview de Stella Tanagra – autrice talentueuse et sexy

Interview de Stella Tanagra – autrice talentueuse et sexy

Temps de lecture ≈ 45 min.

J‘ai eu le plaisir, il y a quelques jours, d’interviewer la belle Stella Tanagra, autrice de littérature érotique mais pas que … Stella est aussi blogueuse, testeuse de sextoys, modèle photo, etc. C’est une femme active et boulimique de la vie.

 

Je l’ai découverte sur Twitter puis j’ai eu le plaisir de lire ses nouvelles, je vous ai d’ailleurs proposé, avec l’aide de mon ami Daniel, une critique de son dernier recueil « Sexe Primé ». C’est donc, je vous l’avoue, avec un grand plaisir que je l’ai interviewée et je suis sûre que vous aurez autant de plaisir à découvrir ses réponses.

Stella Tanagra est une autrice que je vous encourage vivement à découvrir, j’espère que cette interview confession y contribuera et, peut-être, vous donnera-t-elle envie de lire ses histoires coquines.

 

Allez, bonne lecture mes Brigands 😉

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Stella Tanagra. Je suis une auteure de 29 ans. Mes deux recueils de littérature érotique à l’effigie de la transgression ont été publiés en 2015 et en 2017 : « Sexe Cité » – IS Edition et « Sexe Primé » – Tabou Editions.

Libertine sur scène comme à la ville, j’ai aussi développé un blog sexo fait de mon actu d’auteure, de tutos, de tests de sextoys, de photos érotiques, de chroniques cul-turelles …

Tu es une femme actives, blog, roman, vie de famille, etc …
Travailles-tu à côté ?

Cela reste un secret bien gardé ! Un gage de discrétion pour une double vie aux antipodes l’une de l’autre… Disons que lorsque je ne suis pas Stella Tanagra, je suis une Girl Next Door et peut-être même votre voisine : qui sait ???

Dans quelle mesure le personnage Stella est inspiré de ta personnalité ?
Est-ce juste un rôle, une vie romancée ou un simple changement de pseudonyme ?

Si on part du principe que l’on a un « moi » et un « sur-moi », Stella Tanagra, c’est moi sans « sur-moi » !!!

C’est-à-dire qu’elle peut se permettre tout ce dont je fantasme et sans aucune censure : écrire des récits trash tels que « Coup de gueule » ( recueil « Sexe Cité » ) ou « Sans sortir » ( recueil « Sexe Primé » ), se mettre à nu devant l’objectif, parler ouvertement de sa sexualité, avoir des aventures très hot …

Autrice de talent, peux-tu décrire ton univers à mes lecteurs ?

Avec mes deux recueils, je me suis attachée à proposer une littérature érotique qui sort des sentiers battus en parlant de thématiques délicates voire socialement incorrectes ; à vous de découvrir mes transgressions préférées…

J’aime à bousculer les principes des lecteurs et les amener jusqu’au bout de leurs limites. Le sexe dans mes récits est autant un moyen d’exciter que de questionner.

Si je ne m’abuse tu écris depuis 3 ans, peux-tu nous dire d’où te viens cette envie d’écrire et de la partager ?

L’écriture a été ma confidente dès l’adolescence. Avoir été publiée à partir de 2015 m’a permis de m’extérioriser enfin et de concrétiser mon rêve ultime, à savoir d’être légitimée par des maisons d’édition et pouvoir avoir un retour et des échanges avec des lecteurs.

Parallèlement, j’ai créé mon blog qui a quelque chose de beaucoup moins intime qu’un livre puisqu’il est sur internet, à la vue de tous, 24h/24. Autant dire que là, il faut avoir une sacrée détermination pour vivre sa « vie normale » dans l’ombre tout en exposant sur internet, au grand jour, des choses très personnelles.
Et c’est là que tu interviens, Kmille !

Je partage totalement ta façon d’assumer et de vivre librement ton corps et tes désirs ; ce qui m’a d’autant plus motivé à aller au bout de mes envies. Et ce, surtout parce que tu mets en avant le plaisir féminin, la liberté sexuelle toujours dans un contexte respectueux et réfléchi.

L’exposition des corps et de la sexualité dans l’unique but d’exciter ces messieurs ne m’intéresse pas. Il est plutôt question pour moi comme pour toi, de pouvoir contribuer à faire avancer les mœurs en faveur d’un plaisir féminin tout à fait assumé et plus jamais honteux.

C’est pour cela que ce que tu fais me conforte à continuer moi aussi sur cette voie.

Ecrire c’est super, mais être publié c’est encore mieux … as-tu des conseils pour ceux qui débute ?

Deux mots à retenir : la forme et le fond !

Les éditeurs étant submergés de manuscrits, il est important d’en proposer un dont la présentation est très soignée et pourquoi pas avec une première de couverture pour sortir du lot.

En parlant de sortir du lot, c’est exactement ce qu’il faut avoir en tête à propos du « fond ». Il faut proposer quelque chose d’authentique et d’original pour faire la différence parmi les milliers de manuscrits que reçoivent les éditeurs.

Comment trouves-tu les idées de tes histoires, récits et romans, est-ce des fantasmes ?

Certaines histoires sont complètement loufoques ( « Ces messieurs me disent » ou « Mort sûre » ).
Je suis alors animée par le désir de troubler les lecteurs et de m’exorciser de certaines peurs voire phobies …

D’autres histoires sont à l’image de mes fantasmes très souvent réalisés.
Il y a donc une part importante de vrai ensuite romancée ( « La sexualité est ailleurs »« Les profondeurs » ) …

Comme je l’ai dit un peu plus haut, et lors de ma critique de Sexe Primé, tu as un vrai talent, comment écris-tu tes histoires ?

J’ai des flashs, des scènes qui m’apparaissent où des mots précis qui s’imposent à moi et finissent par m’obséder.

J’écris alors une histoire autour de cela comme on se masturberait pour se soulager d’une pulsion.
Généralement, je suis dans ma tour d’Ivoire mais ça peut aussi me prendre n’importe où, en mode Girl Next Door, par exemple et pourquoi pas avec mon chaton sur les genoux !

Tes histoires sont souvent dérangeantes je sais que c’est un choix de ta part, mais peux-tu nous dire pourquoi avoir fait ce choix ?

Je ne supporte pas l’idée de noircir du papier pour pondre des banalités ennuyeuses. L’écriture et l’art en général sont l’occasion de proposer un regard inédit, un style hors norme pour mieux surprendre. Semer le trouble est pour moi, une marque de fabrique.

Penses-tu que pour écrire des livres érotiques, il faut avoir une sexualité épanouie, ou à l’inverse, avoir des fantasmes et envies inassouvies ?

Les deux types de situations peuvent mener à une écriture très plaisante. Vivre ses fantasmes donne matière à raconter des histoires torrides. Etre frustré décuple la teneur érotique que l’on lâche sur le papier.

J’aime ces deux états !

Tu es modèle photo, autrice, blogueuse, testeuse de sextoys … Mais vous êtes qui Stella ?
N’avez-vous pas peur de vous perdre ? N’est-il pas présomptueux d’être aussi éclectique ?

Je me suis amusée sans plan de route à suivre en particulier !

Ce fut une consécration pour moi que de réussir à me faire une petite place dans le monde de la littérature érotiqueaprès toutes ces années de travail.
Impossible alors de bouder mon plaisir, j’avais follement envie de profiter de toutes les réjouissances qui se proposaient à moi : photos de charmesoirées coquines, tests de sextoys …

Dès lors, je remets la priorité sur l’écriture et notamment en m’essayant à un tout autre style ; affaire à suivre …

Es-tu d’un naturel anxieux ?

Quand on mène de front des projets parfois ambitieux et souvent violant les mœurs, il faut savoir lâcher prise pour ne pas faire une indigestion d’anxiété.

En la matière, l’écriture, le sexe, le sport et les films d’horreurs sont de bons remèdes !

S’exposer ainsi sur le Web en revendiquant une sexualité féminine libérée doit t’attirer autant de réflexions des ligues de vertus que de réactions désobligeantes d’hommes.
Comment réagis tu à cela ?

Quand on se lance, c’est déstabilisant car naïvement, on ne s’y attend pas.
On a juste envie d’exprimer sa liberté de penser.

Passer le tumulte des remises en questions, on prend de la distance, on garde son calme et on choisit souvent l’ignorance pour ne pas s’épuiser dans des dialogues stériles.

La fiction est souvent rattrapée par la réalité : Que penses-tu du HTag #BalanceTonPorc ?

Ce que je déplore avant tout, c’est que l’on mette le feu des projecteurs sur quelque chose qui existe depuis toujours, comme si personne n’était au courant.

Tout le monde cautionnait ces faits silencieusement et s’en rendait ainsi complice, contribuant à ce que les prédateurs sexuels ne soient pas démasqués.
Pourtant le harcèlement sexuel et les agressions sexuelles sont une réalité intolérable qui existe depuis toujours et tout le monde le sait pertinemment !

Il y a beaucoup d’hypocrisie dans tout ça et tant mieux si la révélation publique de « l’affaire Weinstein » a mis un coup de pieds dans une fourmilière dont on n’imagine pas la profondeur vu tous les noms de présumés prédateurs qui sortent chaque jour dans les médias …

Sur un autre versant, j’adore me faire l’avocat du diable afin de ne surtout pas suivre le mouvement sans me faire mon propre opinion ; le risque étant la surenchère gratuite dans ce genre de contexte.

Je ne sais que trop bien ce qu’est le harcèlement sexuel et les agressions à caractère sexuel ; un sujet qui déclenche l’émotivité des foules et n’ouvre pas forcément à des débats constructifs.
Attention donc aux dérives qui ont suivis cette mise en lumière de l’abomination masculine ; je parle là, entre autres, de la multitude de plaintes infondées qui soudainement ont rempli les bureaux des commissariats.

Bref, il faut garder son esprit critique !

Il m’arrive, parfois, de ne pas publier une histoire coquine qui se télescope avec l’actualité. Du coup, je ne les publie pas et souvent, j’abandonne ce récit.
Qu’en est-il pour toi ?

J’écris sans me soucier des influences extérieures.
Peu m’importent les qu’en dira-t-on, la susceptibilité des uns et des autres …

Justement, je pense que l’écrivain est là pour s’exprimer librement, sans calcul afin de donner à lire quelque chose de totalement brute et authentique. Les lecteurs recherchent cette force vive et intense dans les récits et c’est seulement en étant libéré de toute censure que l’on peut l’offrir.

Ainsi, une réelle intimité se créée entre les lecteurs et l’auteur qui se livre sans filtre, à cœur ouvert. C’est ce que j’adore.

En bref, fais ce qu’il te plait Kmille !!!

Que penses-tu de l’image donnée par les femmes s’exhibant sur le net.
Participe-t-elles à l’émancipation de la Femme ?

Tout dépend du message qu’elles transmettent.
Des nanas comme toi, CharlieL’Aristochatte ou Anouchka sont pour moi des fers de lance de cette émancipation.

Ce que je regrette et subis moi-même, c’est cet amalgame que certains font, considérant les femmes qui s’assument comme des femmes à ne pas respecter !
L’erreur est grossière, fâcheuse et complètement contraire à ce que l’on essaie de mettre en œuvre à savoir la liberté d’être dans toutes ses dimensions.

C’est pourquoi on se retrouve souvent à devoir mettre les points sur les « i » à ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur bite.

De manière générale, que penses-tu du féminisme présentée dans les médias. Te sens-tu, féministe ?

Je me demande surtout si le féminisme dans les médias est un féminisme fondé ou réactionnel aux événements du moment ? Vaste débat …

Me concernant, je me reconnais dans ce que l’on appelle le féminisme égalitaire qui défend l’égalité homme/femme sans pour autant vouloir dominer ou écraser les hommes.

J’ai la chance d’évoluer dans un milieu où je peux tout à fait exprimer cet avis et vivre de cette manière.

Comment gères-tu ta vie de couple et ta vie d’Autrice ?

Je reste très discrète et ai la chance d’être avec quelqu’un qui me met toujours au premier plan et me soutient totalement dans ma démarche. Il y contribue même beaucoup puisqu’il est mon premier lecteur et mon conseiller.

Mon expérience d’auteure n’a fait que renforcer notre couple et nous a ouvert la porte de belles aventures humaines et professionnelles.

Dans ton couple, tu es plutôt calme, coquine, ou hors limite ?

Nous sommes très complices et sans tabou, nous avons donc exploré nos fantasmes main dans la main, en mode hors limite, zéro tabou !

Que penses-tu de la fidélité ?

Il faut être fidèle à ses propres valeurs mais encore faut-il en avoir !

Je dirais qu’il tient à chaque couple de créer son propre équilibre dans sa sexualité sans se soucier des normes mais plutôt en étant à l’écoute de soi-même et de son partenaire.
La fidélité aux principes que l’on choisit en couple me semble donc une évidence mais cela n’exclut pas de s’autoriser à avoir d’autres partenaires si cela fait justement partie d’un accord du couple.

Et … de l’infidélité ?

Au-delà de l’infidélité à proprement parler, c’est le mensonge en général qui est un véritable fléau pour le couple.

Sans confiance, rien est possible.

Malheureusement certains couples ne sont pas forcément assez ouverts d’esprit pour construire une sexualité de couple à leur image et préfère tomber dans la simplicité de l’infidélité au lieu d’essayer de se réinventer à deux …

« Le sexe est le ciment du couple ! »
Que penses-tu de cette affirmation ?

Le sexe est un versant du couple aussi important que les sentiments ou l’intellect.

Il contribue à l’équilibre de celui-ci.
On ne peut l’ignorer et on se doit de le réinventer chaque jour.

Dans ta jeunesse, tu étais plutôt, coquine – sage ou invisible ?

J’étais très discrète et faisais tout pour me rendre la plus invisible possible !

Mais cela n’empêche que très tôt, j’ai été habitée par un désir irrépressible avec une envie de passer à l’acte qui me brulait l’entrecuisse !

A quel âge as-tu découvert ta sexualité ?

Je suis attirée par le sexe opposé depuis la maternelle !

A l’âge de dix ans, je me suis masturbée pour la première fois en vacances aux Baléares. La chaleur, la nudité, les magazines porno affichés de manière ostentatoire dans les librairies …, tout m’émoustillait !

As-tu déjà été attiré par une femme ?
Si oui es-tu déjà passé à l’acte, peux-tu nous raconter ta première fois ?

O oui, par pure curiosité, il fallait que je sache ce que ça fait !

J’ai découvert la douceur et la délicatesse des caresses féminines grâce à une amie. Ce qui était troublant était cette sensation d’être en miroir avec elle, non seulement parce que c’est une femme mais surtout parce que l’on se ressemble tant sur le plan psychique que physique.

J’ai trouvé cette expérience très grisante mais je me suis vite rendue compte que je ne peux pas me passer des hommes !

J’ai beaucoup d’affection et de tendresse pour les femmes, me donnant très souvent envie d’une proximité et d’étreintes charnelles sans pour autant aller plus loin.

As-tu des fantasmes ?
Si oui, peux-tu nous décrire celui que tu aimerais vraiment réaliser ?

A vrai dire, j’en ai réalisé beaucoup de sorte qu’il est difficile de répondre.
Mais de manière générale, tous les scénarios sexuels qui impliquent une pluralité masculine et une déferlante de testostérone ne me laissent pas du tout indifférente …

Pexu-tu détailler l’un de tes fantasmes que tu penses irréalisable.

J’aime beaucoup jouer avec deux hommes avec toutes les configurations que cela permet …
Dans le même registre, je suis fascinée par l’idée d’une double voire triple pénétration vaginale ou anale.

Je trouve ça complètement surréaliste !
Ça m’émoustille mais je n’ai pas DU TOUT envie de passer à l’acte !

Tu écris des livres érotiques et pervers, as-tu déjà été excité par tes écris, au moment d’écrire ou en te relisant ?

Je me souviens de m’être interrompue dans l’écriture de la nouvelle « Peau Percée » ( une histoire de gang bang ) pour me masturber puis reprendre l’écriture tout en me touchant jusqu’à en jouir, finir d’écrire et sauter sur mon amant ensuite !

C’est une interview, je ne devrais pas donner mon avis mais je trouve les photos de ton blog magnifiques.

Merci Kmille, ça me touche vraiment car il y a beaucoup de passion et de travail derrière ces clichés avec lesquels, mon photographe et moi essayons de mettre en valeur la féminité.

Comment choisis-tu les thèmes et les axes créatifs ?
Est-ce le photographe au service de ton diktat, un travail démocratique et collaboratif ou t’abandonnes-tu complètement au talent de l’artiste ?

Je travaille quasiment exclusivement avec Omega McKay. J’aime son regard objectif, sans jugement et toujours affairé à me mettre en valeur avec un sens aigu de la suggestion.

Je suis très active dans la mise en scène. Généralement nos idées sont complémentaires, ce qui nous permet d’équilibrer nos projets entre sa vision masculine et ma vision féminine de l’érotisme.

A l’écrit tu ne sembles avoir aucuns tabous, est-ce la même chose dans ta vie de femme ?

J’applique l’écrit au réel. Ça ne se fait pas du jour au lendemain puisque la sexualité se construit au fil des expériences mais j’ai toujours été dans cette dynamique de parler et d’assumer mes envies.

Je ne pense pas que l’on ait de temps à perdre avec la peur, la honte ou les tabous alors j’avance !

Tu es une femme, donc physiquement tu as sûrement des complexes … Pourrais-tu nous dire quelle est la partie de ton corps que tu apprécies le plus ?
La mets-tu facilement en valeur ?

Je suis assez fière de mes fesses ! Et on peut dire qu’elles sont la mascotte de 75% de mes photos !

A L’inverse, celle qui te complexe le plus, et surtout pourquoi car tu es juste superbement parfaite ?

A vrai dire, tout est sujet à complexe ! Quand on fait de la photo, qu’on se met en scène, on veut toujours être au top.

Je suis donc assez exigeante avec le moindre centimètre carré de mon corps et je veille à garder la forme.

Comment imaginais-tu ta vie lorsque tu étais ado ?

Je voulais être libre, passionnée et amoureuse. Je me voyais bohème et artiste. J’acceptais déjà pleinement mon côté « écorchée vive » et avais envie d’en faire une force.

J’espérais pouvoir vivre intensément les plaisirs de la vie en bonne compagnie ; ce qui me semblait à l’époque, un fantasme inaccessible.

Comment jugerais-tu ta vie actuelle si tu étais toujours cet ado ?

Une hallucination bien réelle car jamais je n’aurais imaginé autant transcender ma timidité pour vivre mes rêves.

Voilà, nous arrivons à la fin de cette Interview, merci Stella pour tes réponses qui, j’en suis sûre intéresseront mes lecteurs.
As-tu un dernier mot à leur dire ?

Ce auquel je ne m’attendais pas en me lançant dans cette folle aventure d’auteure, c’était les rencontres que j’ai faites et que je continue à faire avec des personnes qui partagent le même désir de rendre à la littérature érotique, sa noblesse et à la sexualité féminine, ses droits.

Ce fut la belle surprise qui dès lors me motive encore plus dans mes projets.
Tu en es l’illustration parfaite, Kmille, avec ta volonté de partager tes expériences, tes conseils, tes récits …

Je te remercie pour tout le temps que tu m’as consacré et pour tous nos échanges qui me rappellent que je ne suis pas seule dans mon délire !
J’ai hâte d’avoir de nouveaux projets avec toi et de continuer à découvrir tes récits érotiques …

Voilà mes Brigands, j’espère que cette interview vous aura donné envie, si ce n’est déjà le cas, de découvrir la belle Stella Tanagra. Je vous invite vivement à la suivre sur Twitter ou FaceBook et, pourquoi pas à vous laisser tenter par ses récits coquins.

 

Et n’hésitez pas à laisser un petit commentaire …

Gros bisous

K.

Au sujet de l'autrice

Kmille

Présente sur internet depuis 4 ans grâce à ce blog, j’ai ressenti à 33 ans le besoin de me mettre en danger en me lançant le défi d’écrire plus régulièrement. En complément de mes tests de sextoys ou de tenues et mes conseils sexo, l’évidence de proposer moult histoires érotiques, de récits coquins ou de créer un roman pervers s’est imposée à moi. Le partager avec vous constitue une grande partie du plaisir que j’ai à le produire.

6 commentaires

  1. Ravie d’avoir répondu à tes questions parfois très osées ( j’adore! ), Kmille ; merci aussi à Daniel.
    Au plaisir de vous apporter, chers Brigands, des infos complémentaires si vous êtes curieux de découvrir mon univers littéraire et mon blog : n’hésitez pas à me solliciter !

    Réponse
    • Le plaisir fut partagé. J’ai adoré lire tes réponses et j’espère ne pas être la seule.
      J’ai hâte de lire ton prochain livre que je dévorerai avec plaisir ( en t’imaginant l’écrire, excitée 😉 ).
       
      Au plaisir de partager de nouvelles aventures avec toi.

  2. Daniel Julius

    Stella, merci d’avoir répondu de manière aussi franche et complète à toutes ces questions.
     
    Je suis d’accord avec toi sur ton constat au sujet de Kmille : Vous partagez cette vision des plaisirs assumés et d’une liberté revendiquée de votre sexualité.
     
    Les propositions, la liberté de ton et la sincérité de Kmille me font dire qu’elle est, sans conteste, l’une des représentantes de l’émancipation responsable et paradoxalement non débridée d’une féminité égalitaire.
    C’est aussi ce qui me plait sur ce blog, m’y fait revenir et commenter parfois 🙂
     
    Par ailleurs, j’ai été enchanté de lire ta réponse sur la relation privilégiée qui te lie à ton photographe.
    La phrase  » son regard objectif, sans jugement et toujours affairé à me mettre en valeur avec un sens aigu de la suggestion  » m’a particulièrement interpellée…
     
    C’est cette démarche que j’essaye d’appliquer, avec la participation de Rachel, à nos travaux photographiques.
    En dehors de cette complicité tout à fait essentielle dans notre relation de couple, je crois que, comme toi et Kmille, c’est aussi notre passion de bien faire qui transparait aux images et les rend souvent si belles.
     
    Merci à vous deux !

    Réponse
    • N’en jeté plus, je suis rouge comme une tomate là …
      Je ne pense pas méritait de tels éloges, mais bon, en épitaphe ça pourrait claquer quand même.
       
      En tout cas, merci à vous deux, vous êtes trop … gentil avec moi, mais j’aime bien ih ih ih …

  3. J’ai énormément apprécié parcourir cette interview merci Stella Tanagra de t’être prêtée au jeu de Kmille

    Réponse
    • Merci pour votre curiosité et ce retour très agréable à propos de l’interview menée avec brio par notre chère Kmille 😉
      A votre disposition si vous avez besoin davantage d’informations sur mes activités.
       
      Au plaisir.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à ma newsletter

et reçois tous les mois une photo dédicacée

Merci pour ton inscription

Partager