Kalouloute Garou : De Bartholin à Sainte Cyprine partie 3

Kalouloute Garou : De Bartholin à Sainte Cyprine partie 3

Temps de lecture ≈ 6 min.

De Bartholin à Sainte Cyprine par Kalouloute Garou : partie 3

 

***

Mickaël roulait grosse berline et ses conquêtes féminines allaient bon train. Il était riche et se sentait le roi du monde. Il voyait son business se développer. Ses fournisseuses étaient régulières dans leur production, été comme hiver. Il se félicitait d’avoir eu une idée de génie.

C’est au détour d’un sex-shop qu’il découvrit que la concurrence était en marche. Une gondole mettait en évidence une liqueur de femme naturelle bio et une autre fermière. Il ne s’étonnait pas qu’on ait pu le copier mais de choisir le créneau fermier ou bio l’ennuyait. C’était, outre un critère de distinction, un argument commercial supérieur.

Mickaël commença alors à sonder les grossistes et les détaillants pour mieux cerner la concurrence. Quelle ne fut pas sa surprise de voir que le produit était décliné dans d’autres versions, africaine, asiatique, précolombienne !! Bref, il en arrivait de partout de par le monde. Il découvrit même une eau de femme de Lourdes bénite, spécial couvent de nones …

Bien qu’il ait été le premier sur le marché et que le marché progressait, il commençait à voir ses commandes diminuer. Il hésitait entre se branler comme un fou à nouveau ou alors avoir une idée de génie. Se connaissant parfaitement, il se masturba comme un forcené et finit par avoir l’idée de génie.

Il prit rendez-vous avec l’Association des Catherinettes pour leur faire part de la situation et des adaptations qu’il envisageait. Le bureau le reçu avec cérémonie car Monsieur Mickaël avait amené de la richesse en ville et de la jouissance dans les petites culottes des frustrées de la moule. Mickaël constate que certaines avaient maigri sans doute d’avoir forcé au turbin.

Kalouloute Garou : De Bartholin à Sainte Cyprine partie 3

Installé à la place d’honneur qu’il s’était auto-attribué, il commença son discours.

— Mesdames, Mesdemoiselles, j’ai souhaité ce rendez-vous pour vous faire part d’un problème.

 Voyant un mouvement dans l’assistance il corrigea :

— Il ne s’agit pas de vos productions qui sont excellentes mais il s’agit de la concurrence. Des liqueurs arrivent sur le marché et sont plus marquetées ou alors mieux ciblées. Il cita les exemples de la liqueur fermière produite par des agricultrices souhaitant trouver une occupation entre la traite (Des épouses) et la traite des vaches et rapporter au foyer de quoi manger autre chose que du lapin de garenne chassé par les maris.

— C’est vrai nota Pauline, nous avons vu des membres de l’association nous quitter pour monter leur atelier de production où elles se retrouvent ensemble. L’une d’elle Catherinette de longue date en a même profité pour trouver un fermier célibataire.

— Il n’y a plus de morale fit remarquer Vanessa.

— Il faut réagir, mesdames, mesdemoiselles

— Mesdemoiselles reprit Catherine !

— Mesdemoiselles il faut qu’on se différencie pour offrir un produit plus près du consommateur lança Mickaël.

— Que voulez-vous dire demanda Pauline ?

— Nous allons, entre votre Association et ma Société Anonyme, créer un groupement de producteurs.

— De productrices reprit à nouveau Catherine

— C’est ça de producteurs, car c’est moi qui en serait le gérant et le principal investisseur …

— Comment ça vous seul s’étouffa Pauline ??

— C’est à prendre ou à laisser Mesdames !

— Mesdemoiselles s’étouffa Catherine !

— Peu importe. Que décidez-vous ?

— Je suis d’accord pour que ce soit vous le patron mais je n’ai pas bien compris l’idée dit un peu naïvement Vanessa.

— Du producteur au consommateur ou consommatrice continuait Mickaël

— Productrice dit sèchement Catherine car si vous connaissez des mecs qui mouillent comme nous faut aller les chercher.

Donc on va se taper des mecs dit Vanessa le sourire aux lèvres …

— Ou des femmes ou des trans.. compléta Mickaël.

Un silence se fit. Toutes se regardaient sans savoir quoi se dire ? Mickaël en profita pour dire :

— On va faire une démo. Vous et vous venez. Vous, vous êtes productrice et vous cliente dit-il à l’autre. Vous, vous vous asseyez là et remontez votre robe en vous caressant la chatte. OK. Vous la cliente vous vous mettez–là et vous la léchez. C’est OK ?

— Mais on devient des putes s’exclama Catherine ?

— Non vous êtes toujours des productrices de liqueur de femme mais en Circuit Court.

— Je suis d’accord dit Vanessa, mais je veux être dans le groupe de celles qui reçoivent des hommes.

— On ne choisit pas le client ou la cliente coupa Mickaël. C’est elle ou lui qui vous choisit. Il va falloir faire un synopsis de chacune d’entre vous pour monter un catalogue qui sera sur le site web de ma SA « De Saint Bartholin à Sainte Cyprine. ». Je vais créer une antenne « circuit court » à St Maur. Catherine, vous m’aviez dit que vous aviez des notes sur les quantités et les qualités des productrices, vous me suivez ??

— Oui dit sans réfléchir Catherine

— Vous allez, reprit Mickaël, me qualifier chacune des productions de liqueur de femmes de vos membres. Par exemple, goût fruité, ou senteur de sable, goût algue ou framboisé, noisette ou thym, ambre ou rose des bois … N’hésitez pas à vous inspirer des œnologues. En général, ce sont de fins connaisseurs de chattes mouillées.

— Ce sera combien la passe demanda Pauline un peu énervée ?

La passe, comment vous y allez dit Mickaël ! Ce sont des clients/clientes de choix qui connaissent nos produits. D’ailleurs, ils pourront les tester sur place et en emporter.

On va faire à côté de la salle de dégustation une salle de vente où seront répertoriées toutes les qualités.

Mais tout le monde en ville va savoir que nous vendons notre cyprine dit Catherine.

Et alors, vous êtes célibataires, vous n’aurez pas de mari ou d’amants pour vous enquiquiner. Vous n’en avez pas n’est-ce pas ponctua Mickaël ?

Catherine sentait qu’elles étaient piégées. Le salopard, il profite que nous sommes des grosses pouffiasses faites pour se pomper le minou et être ses esclaves. Elle savait néanmoins que la balle était dans son camp. Car il avait beau dire le loulou avec sa grosse tire de merde qu’il était le boss, c’est nous qui sommes la source. Je sais que des sources, il y en aurait ailleurs mais il va falloir qu’il se les mobilise les filles … Et puis nous on est super entrainées se dit-elle ; on produit propre, parfumé et en quantité. Tu peux aller te faire foutre pensa-t-elle. Je le laisse finir son numéro et on lui dit :

Monsieur Mickaël nous vous remercions de votre confiance. Nous devons retourner à nos travaux si vous voulez avoir un approvisionnement régulier. Nous allons en parler en AG et vous faire part de notre décision.

En tout cas on est d’accord conclut Vanessa.

Dans la soirée, Pauline avec l’accord de Catherine appela la présidente de la coopérative de production de la liqueur de femme fermière. Elle lui proposa de mettre à côté du local de collecte, un magasin et une salle de dégustation …

***

À suivre (Peut-être) …

Au sujet de l'autrice

Kalouloute Garou

Pascale est une femme de bientôt cinquante ans qui aime les femmes et veut en parler pour qu'elle soient respectées. Ses lignes sont audacieuses pour évoquer la richesse de la féminité tant sur le plan mental que sur le plan sexuel. Domiciliée dans le bordelais, mère de deux enfants, Pascale s'amuse à écrire de manière fantasque et réaliste à la fois. Elle veut faire croire qu'elle connait tout de la féminité. Elle en connait certes un bon bout, mais pas encore la totalité. Elle cherche à découvrir avec vous cette richesse que les femmes doivent sublimer pour leur plaisir et celui des autres.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à ma newsletter

et reçois tous les mois une photo dédicacée

Merci pour ton inscription

Partager